Suite au stage Tai chi XPEO et maladie de Parkinson d’avril 2016, Le Dauphiné Libéré a recueilli le témoignage d’un des participants qui, dès la première heure, a ressenti les bénéfices de la méthode XPEO.

Pour Khalid Benchekroun, le hasard a vraiment bien fait les choses. Venu en France de Rabat (Maroc) pour des raisons familiales, il a eu connaissance du stage XPEO de façon tout à fait fortuite et a décidé de tenter l’expérience. Une demi-journée qui a changé sa vie !

« Je suis atteint de la maladie de Parkinson depuis déjà dix ans. Mais les symptômes se sont vraiment aggravés depuis ces deux dernières années. C’est la première fois que je viens à l’Institut XPEO d’Autrans et ça s’est fait par hasard, car je suis venu en France pour assister à l’accouchement de ma fille qui habite Meylan. En deux heures de cours, j’ai pu d’abord me redresser, j’ai ensuite retrouvé un peu de souplesse dans mes mouvements, et je me suis enfin senti tellement à l’aise dans mon corps et pour marcher que j’ai eu envie de courir ! »

Khalid Benchekroun va rester en contact avec Paul Woo Fon, et il est bien décidé à poursuivre cette expérience qui a changé sa vie en lui permettant de retrouver confiance et espoir.

Jean-Claude Prévost, Le Dauphiné Libéré

Dans une autre partie de l’article, Paul Woo Fon explique que « ces exercices portent sur une autre façon de faire bouger son corps en se basant sur des techniques énergétiques naturelles qui font appel à la concentration, permettant ainsi de relier le corps à l’esprit. »

Article-Le-Dauphine-17-avril-2016

L’article du Dauphiné du 17 avril en PDF

Un autre article du Dauphiné, paru le 23 avril, donne également la parole au Dr Valérie Fraix, neurologue au CHU de Grenoble et à Hervé Desevedavy, délégué départemental de l’association France Parkinson.

Article-Le-Dauphine-23-avril-2016L’article du Dauphiné du 23 avril en PDF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *